banner
Depuis ce moment, la Golf s'est vendue à plus de 30 millions d'exemplaires.

La Volkswagen Golf a 40 ans. Toujours au rendez-vous!

2402

C'est en mai 1974 que Volkswagen surprenait le monde avec la toute première Golf. Quarante ans et un bon 30 millions d'exemplaires plus tard, la Golf reste plus que jamais une référence. Et aucune autre voiture n'offre un tel éventail de modes de propulsion.

Souvenez-vous des premières heures que vous y avez passées ! Comme tant d’autres, vous avez sans doute découvert la Golf avant même de décrocher votre permis. Qui d’entre nous n’a pas grandi sur la banquette arrière d’une Golf ? Les escapades estivales à la mer… La première fois qu’on vous a déposé à l’entrée de l’école… C’est comme si la Golf avait toujours existé. Une chose est sûre : la Golf, dont la septième génération occupe aujourd’hui les show-rooms, a toujours été la bonne voiture au bon moment.

Un timing parfait

La sortie de la première Golf, c'était il y a 40 ans exactement.

La sortie de la première Golf, c’était il y a 40 ans exactement.

À son arrivée, la Golf redéfinit le concept de ‘compacte moyenne’. Il faut dire que la carrosserie est signée Giorgetto Giugiaro en personne, le célèbre designer italien. Les lignes géométriques, simples et bien proportionnées, sont restées une source d’inspiration à travers les époques.

La Golf naît avec la première crise du pétrole. Comme par miracle, elle apporte une réponse au problème du moment : le capot dissimule un moteur à essence moderne et économique, avec un arbre à cames en tête. Les prix des carburants poursuivent leur ascension, mais la réplique de Volkswagen est prête. L’année 1976 voit les débuts de la Golf D, la première voiture dotée d’un moteur diesel compact à régime de rotation rapide. Sobre, la Golf D est aussi un exemple de fiabilité et de longévité. Il n’est pas rare de la voir franchir le cap des 200.000 kilomètres, chose exceptionnelle pour l’époque.

La Golf est à la fois compacte et spacieuse ; sa tenue de route fait des envieux. Elle innove par une suspension simple et efficace. À l’arrière, on trouve un essieu semi-rigide, qui allie la robustesse de l’essieu rigide à l’efficacité d’une suspension indépendante.

Autre exemple de lancement d’une nouvelle version au moment opportun : la toute première GTI de 1976. Elle pouvait passer pour un caprice d’ingénieurs enthousiastes, mais elle s’est rapidement imposée comme la nouvelle référence des sportives compactes.

Depuis ce moment, la Golf s'est vendue à plus de 30 millions d'exemplaires.

Depuis ce moment, la Golf s’est vendue à plus de 30 millions d’exemplaires.

Nouvelles frontières

Mieux que toute autre, la Golf nous a appris à évoluer avec la technologie diesel. En 1982, la GTD combine pour la première fois l’économie du diesel et la conduite sportive. Mais ce n’est qu’un début. Avec les SDI puis les TDI, la Golf a joué un rôle important dans la généralisation des moteurs diesels à injection directe. Les TDI actuelles avec technologie BlueMotion sont les diesels les plus économiques ; leurs émissions de CO2 sont exceptionnellement basses.

Mais la Golf n’a pas seulement révolutionné le diesel. Ses moteurs à essence à injection directe ont aussi donné le ton. Le 1.4 TSI ACT en est la meilleure illustration. Ce moteur – conforme à la norme Euro 6 – coupe deux cylindres à faible allure et lorsque la charge est réduite ou nulle.

Aujourd’hui, Volkswagen propose une alternative : la 1.4 TGI au GNC. Cette version se distingue par ses faibles émissions de CO2 (94 g/km) et de gaz toxiques (Euro 6). Aucune autre voiture n’offre une telle liberté de choix en termes de mode de propulsion. Il n’y a pas que le diesel, l’essence et le GNC. Depuis peu, la marque propose une version tout électrique (e-Golf) et annonce pour bientôt la GTE, une hybride ‘plug-in’.

GTE

La Golf GTE est la nouvelle hybride plug-in : elle n'émet que 35 g de CO2 par km.

La Golf GTE est la nouvelle hybride plug-in : elle n’émet que 35 g de CO2 par km.

Sous le capot de la GTE, on trouve un moteur à essence 1.4 TSI de 150 ch (110 kW), associé à une boîte DSG à six rapports. Quant au moteur électrique, il développe 102 ch (50 kW). Lorsque les deux moteurs fonctionnent ensemble, ils produisent un couple généreux pouvant atteindre 350 Nm. La Golf GTE possède une batterie lithium-ion à refroidissement liquide. Le conducteur a le choix entre trois modes de conduite : électrique, hybride parallèle (les deux moteurs s’assistent mutuellement), et ‘tout hybride’.

Pour recharger la batterie, il existe plusieurs possibilités. Elle s’alimente d’abord en roulant, surtout à la décélération et au freinage. Deuxième méthode : le réseau. Une recharge complète dure 2 heures, voire une heure et demie avec un chargeur wallbox. Une batterie entièrement chargée permet à la GTE de franchir 50 kilomètres en ‘tout électrique’.
Vous pouvez aussi conserver la capacité électrique jusqu’au moment où vous déciderez de l’utiliser. La conduite électrique montre en effet tout son intérêt dans un trafic urbain dense, fait d’encombrements et de distances courtes. La Golf GTE affichant une autonomie totale d’environ 800 kilomètres, rien n’empêche le conducteur d’alterner les déplacements courts et longs. Si vous tirez le meilleur parti de la propulsion électrique et que vous n’oubliez pas de recharger la batterie à temps, vous obtiendrez des chiffres de consommation particulièrement intéressants. La consommation normalisée ne dépasse pas 1,5 l/100 km, ce qui correspond à des émissions de CO2 de 35 g/km. Une fois de plus, la Golf joue parfaitement son rôle de référence.