banner
Thumbnail for 4664

Un pays s’éveille

1589

À plus de 9.000 kilomètres de chez nous, vers l'Orient, un royaume se cherche un nouvel avenir. Logé entre la Thaïlande, le Laos et le Vietnam, le Cambodge est une terre de contrastes. Fleet by D'Ieteren a visité pour vous le pays des Khmers.

Good morning Cambodia, chuchotons- nous tandis que le soleil se lève sur les ruines de Bayon. La montagne sacrée du roi Jayavarman VII se trouve au coeur de l’ antique capitale, Angkor Wat. Bel exemple de ‘ dimensions royales’ : érigé entre 1181 et 1201, le complexe de temples s’ étend sur plus de 10 kilomètres carrés. Et bien que tout ne soit plus que ruines, l’esprit d’une ère depuis longtemps révolue reste bien présent. Si les pierres pouvaient parler, que nous raconteraient-elles ? Des récits d’exploits héroïques ? L’ angélique beauté de la reine ? Notre guide, Thon Sok Meng, parle au nom de ces témoins désormais silencieux. Grâce à un programme d’ échange d’ étudiants avec l’ex-RDA, la leçon d’histoire nous est même donnée dans une langue que nous comprenons. Longeant les bas-reliefs sans fin qui ornent les murs, Thong nous explique l’origine des Khmers, les premiers habitants du Cambodge d’aujourd’hui. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, le site est qualifié à juste titre de merveille du monde. Le faste et les imposantes proportions du plus grand édifice religieux de la planète n’ont pas fini d’impressionner les visiteurs. Les statues de dieux, de démons et d’êtres mythiques alternent avec les scènes de guerre et de fêtes religieuses. En parcourant la terrasse des Éléphants, on est subjugué par la puissance mystique d’un passé glorieux. Les gigantesques racines des banians, qui ont bouleversé l’agencement des pierres gris foncé au fil des siècles, forment des allées majestueuses. Le vaste édifice en pierre calcaire nous fait perdre toute notion du temps. Seul, un soleil brûlant – la température dépasse 30°C à l’ombre – nous contraint à presser le pas. Le présent rattrape le passé. Nous ne repartirons pas avec nos images intemporelles. Direction Siem Reap, petite ville calme au pied d’Angkor Wat. Dans cette localité touristique, nous passerons à l’hôtel Bopha Angkor une nuit peuplée de fantômes faits de pierre.

La quête commence
Au réveil, la vue sur l’Himalaya est spectaculaire. Une légère brume estompe les sommets. Le soleil tente avec peine de s’y frayer un chemin. Nous sommes à 1.600 mètres d’altitude, et déjà, le cadre naturel est à couper le souffle. Autour de nous, les bambous ondulent au gré d’un vent frais, touche verte dans le paysage. Tout est calme. La nature n’est qu’harmonie. On comprend aisément pourquoi le maharadjah a choisi, pour construire son palais, ce plateau avec vue sur le Gange. Bien disposés, nous nous préparons à la séance matinale de yoga, première étape dans notre quête du bliss, la béatitude éclairée. La leçon se donne dans une grande salle obscure du vieux palais, là où les planchers en bois patiné et le haut plafond aux ornements délabrés rappellent une splendeur lointaine. Vêtus de la tenue blanche en deux parties, étendus sur un tapis de raphia, nous écoutons attentivement les instructions du maître, Sandeep Agarwalla. Sa voix nous détend. Bientôt, l’écoulement du temps nous échappe.