banner
02_KAMIQ_ext

Skoda Kamiq: la famille est au complet

426

Après le Kodiaq et le Karoq, voici que Skoda a présenté le dernier né de sa gamme SUV, le Kamiq. Dernier né qui est aussi le plus petit modèle de la gamme et qui permet à la fraterie d’être en fin au complet.

Ne vous y trompez pas, si le Kamiq existe déjà depuis quelques temps sur le marché chinois, la version européenne est bien différente. Basé sur la plateforme de la toute récente Scala, le petit SUV de la marque tchèque mesure 4,25 m de long, soit 60 mm de plus que la citadine, tout en affichant une excellente habitabilité – chère à Skoda – grâce à son empattement de 2.651 mm.

Avec ce SUV, la volonté de Skoda est claire : faire un véhicule reconnaissable comme étant une Skoda, mais qui soit différent des autres SUV de la gamme. Ses caractéristiques ? Un véhicule expressif et compact avec un espace intérieur généreux, bref tout ce qu’on retrouveait sur le concept Vision X, dont il est le digne héritier.

Extérieurement, si la filiation avec les autres SUV de la gamme est claire, le Kamiq affiche une face tout à fait inédite. Si les feux avant sont toujours en deux parties, le feu supérieur est ici beaucoup plus effilé et composé de plusieurs LED. A l’arrière, les feux sont entièrement neufs et le logo Skoda est remplacé par un sigle lettré comme sur la Scala.

 

Intérieur moderne

02_KAMIQ_intL’intérieur est aussi celui de la Scala, caractérisé par son grand écran tactile type tablette de 9,2 pouces. Le Kamiq se dote du Virtual Cockpit de 10,25’’, d’un chargeur à induction et surtout de toutes les solutions pratiques habituelles de la marque comme par exemple un parapluie dissimulé dans la portière conducteur.

Quant à son coffre, avec 400 litres de volume, il est identique à celui d’une Octavia ou du grand frère Karoq.

Côté technologies, si on retrouve la plupart des aides à la conduite présentes sur les autres modèles de la gamme, on notera que le Front Assiste et le Lane Assist sont équipés d’origine sur toutes les versions. Tandis que pour la première fois dans ce segment, le Kamiq propose l’attache-remorque électrique.

 

Une offre CNG

Sous son capot, on retrouve un choix de motorisations essence et diesel : pour les premières, le 1.0 TSi de 85 kW (115 ch) ou le 1.5 TSi Eco de 110 kW (150 ch). En diesel, l’offre se compose uniquement du 1.6 TDI 85 kW (115 ch), mais une version CNG est aussi au catalogue. Basée sur le plus petit moteur essence, ce 1.0 G-TEC de 66 kW (90 ch) intègre un réservoir de 14,2 kg de CNG et un autre de 9 litres d’essence.

Précisons enfin qu’il ne sera disponible qu’en deux roues motrices.

 

Excellent niveau de finition

01_KAMIQ_intSi nous n’avons pas encore pu prendre le volant du Kamiq – il faudra encore attendre quelques mois pour cela -, nous avons déjà pu le découvrir et prendre place à son bord. Si les lignes sont modernes et dynamiques et lui donnent une impression de robustesse, le Kamiq n’en reste pas moins un petit SUV qui trouvera parfaitement sa place dans les villes.

Dès l’entrée dans le véhicule, ce qui frappe, c’est son excellente finition et le choix plutôt flatteur de ses matériaux. L’espace est plus que généreux, même aux places arrière. Enfin, notons la présence des protections d’arrêtes de portes rétractables automatiquement à l’avant comme à l’arrière, solution déjà éprouvée par le Kodiaq et qui s’avère très pratique pour éviter les coups de portières.

Sur le plan de la commercialisation, il faudra attendre la fin de l’année pour voir débarquer le Kamiq dans nos concessions. Patience, patience…