Edito: “Nos équipes ne se reposent jamais sur leurs lauriers”