banner
SKODA_Lappland_006

Gamme ŠKODA 4×4: sécurité intégrale

309

Désormais, pas moins de 13 variantes des modèles ŠKODA peuvent bénéficier de quatre roues motrices. Une technologie aux multiples avantages que nous sommes allés tester sur les lacs gelés de Finlande.

C’est dans la région de Rovaniemi, à l’extrême nord de la Finlande, que ŠKODA a invité la presse du monde entier à venir tester ses modèles à quatre roues motrices. Une initiative qui coïncide avec l’extension du nombre de variantes pouvant être équipées de la transmission intégrale. Octavia (berline, Combi, RS et Scout), Superb (berline, Combi, Sportline), Karoq et Kodiaq (y compris Scout et Sportline) peuvent en effet bénéficier du système 4×4. Une technologie présente chez ŠKODA depuis 19 ans puisque c’est en 1999 qu’est apparu le premier modèle 4×4 de la marque : l’Octavia Combi.

 

10% de la production totale

SKODA_Lappland_004Depuis, ŠKODA a vendu plus de 700.000 voitures à quatre roues motrices à travers le monde. Rien que l’année passée, 127.000 ŠKODA 4×4 ont trouvé preneur, soit 10% de la production totale. Il faut dire que la technologie utilisée combine les avantages des systèmes à deux et quatre roues motrices. Il s’agit d’un embrayage multi-disques piloté électroniquement et capable de mettre les roues arrière à contribution lorsque le train avant perd de l’adhérence. L’avantage de ce système est de permettre à la voiture d’évoluer en mode traction lorsque les conditions d’adhérence sont optimales, avec de substantielles économies de carburant par rapport à un 4×4 permanent. Par contre, dès l’instant où une perte de motricité est détectée par les capteurs électroniques, les roues arrière s’enclenchent. La redistribution de la puissance s’opère en quelques millisecondes sans aucune intervention du conducteur. Du coup, les ŠKODA 4×4 affichent une motricité optimale même sur la neige et la glace.

 

Toujours à bon port

SKODA_Lappland_007L’autre avantage de la transmission intégrale proposée par ŠKODA concerne les capacités de traction. Une Octavia Combi 2.0 TDI 150 peut ainsi tracter 1.600 kilos en deux roues motrices, et jusqu’à 2 tonnes en 4×4. Dans le cas du Kodiaq, cette valeur passe de 2 tonnes à 2,5 tonnes. Mais c’est bien entendu en matière de sécurité que les versions 4×4 sortent du lot. Quatre roues motrices, c’est non seulement l’assurance de toujours arriver à bon port, quelles que soient les conditions météo, mais c’est aussi une manière efficace de réduire le risque d’accident, et donc les coûts matériels et humains.