banner
volkswagen_Golf8_-6

Fleettest Volkswagen Golf : la nouvelle référence

46

Au fil du temps, la Golf est devenue une icône. La nouvelle version, le modèle de 8e génération, est directement reconnaissable, tout en étant entièrement nouvelle. Sous sa carrosserie 5 portes se cache une panoplie de technologies grâce à laquelle Volkswagen pourra faire la différence. La digitalisation et la large palette de propulsions donnent le ton.Au fil du temps, la Golf est devenue une icône. La nouvelle version, le modèle de 8e génération, est directement reconnaissable, tout en étant entièrement nouvelle. Sous sa carrosserie 5 portes se cache une panoplie de technologies grâce à laquelle Volkswagen pourra faire la différence. La digitalisation et la large palette de propulsions donnent le ton.

Depuis des années, la Golf est la voiture la plus vendue tant en Belgique que dans toute l’Europe. Le fait qu’elle est entièrement renouvelée est une excellente nouvelle. La toute première Golf de 1974 était la bonne voiture au bon moment. Elle a immédiatement séduit, notamment grâce à son design presque intemporel et pur qui était l’œuvre du designer italien Giorgetto Giugiairo. En matière de look, les modèles qui ont suivi en étaient une évolution. Avec chaque changement de génération, la Golf est devenue plus sophistiquée et est toujours restée à la pointe de son segment.

 

Format connu

La Golf qui fait ses débuts aujourd’hui, est plus basse et même un rien plus petite que sa devancière. Dans le même temps, elle s’est allongée de 26 mm et son empattement a aussi grandi. Mais avec sa longueur de 4,28 m, elle reste toutefois une voiture compacte et agile de taille moyenne à cinq places avec un volume de coffre qui affiche 380 litres. Avec sa faible valeur Cx de 0,27, elle obtient de très bons résultats dans les tests de soufflerie. Cela est dû en partie à son museau inférieur et sa face arrière presque plats. Cela promet de bons chiffres en matière de consommation et d’émissions de CO2.

 

Cinq hybrides

La nouvelle Golf est disponible avec un grand choix de propulsions. Ainsi, Volkswagen prévoit pas moins de 5 versions hybrides. Trois seront des mild-hybrides, dans lesquelles un moteur électrique soutient le moteur essence à faible régime, ce qui assure une souplesse à la conduite et maintient la consommation et les émissions de CO2 sous pression. A d’autres moments, le moteur électrique, qui est relié au moteur à combustion interne par une courroie, peut servir de démarreur ou de générateur. Ces hybrides doux reçoivent la nomination eTSI et sont équipés en standard d’une boîte à 7 rapports, une DSG avec double embrayage. Les eTSI sont disponibles avec une puissance de 110, 130 ou 150 ch.  Dans un premier temps, seul la version la plus puissante sera disponible. Les deux autres viendront plus tard et, d’ici fin 2020, deux hybrides rechargeables seront également disponibles. Leur puissance sera de 204 ou 245 ch.

 

Diesel, essence ou gaz

volkswagen_Golf8_-9La nouvelle Golf est aussi livrable avec une motorisation thermique classique. L’offre début avec deux trois cylindres essence 1.0 litre dont la puissance atteint 90 ou 110 ch. Ces versions d’entrée de gamme ne sont pas encore disponibles. Le 1.5 TSI de 130 combiné à une boîte manuel peut quant à lui être commandé. Ce moteur essence compte 4 cylindres, dont deux s’éteignent d’eux-mêmes sans qu’on s’en aperçoive lorsque le moteur est partiellement chargé. Un peu plus tard, on attend encore le 1.5 TSI avec 150 ch équipé de la même technologie. D’ici fin 2020, une version TGI au gaz naturel est aussi prévue au planning. L’avenir apportera encore des versions essence hyper-performantes, dont la plus puissante disposera de 300 ch.

Pour le fleet, et surtout pour les gros rouleurs, les deux TDI sont sans doute les plus importants à l’heure actuelle. Ils sont équipés d’un tout nouveau 2.0 litres turbodiesel avec au choix 115 ou 150 ch, respectivement doté d’une boîte manuelle à 6 rapports et d’une automatique DSG avec sept transmissions et double embrayage. Les deux moteurs sont équipés d’un nouveau système de post-traitement pour supprimer les NOx.

 

 

Digitale

volkswagen_Golf8_-4Toutes les Golf, même les versions de base, reçoivent un tableau de bord numérique composé de deux écrans adossés l’un à l’autre. L’objectif de l’écran qui est disposé de façon central sur la planche de bord, est d’intégrer un maximum de fonctions et donc de limiter autant que possible le nombre de boutons classiques. Le fonctionnement est intuitif et fonctionne via commande tactile, glissement (swiping) et pincement (pinching). Pour ceux qui le souhaitent, il existe également la reconnaissance vocale. À partir du niveau Life (le deuxième niveau d’équipement), vous pouvez régler l’éclairage d’ambiance pour modifier l’ambiance à l’intérieur.

 

Eclairage

La nouvelle Golf est dotée d’un équipement standard impressionnant. Tout autour, l’éclairage est assuré par des LED et même sur la version de base, vous disposez de tout un arsenal d’aides à la conduite. Le plus innovant est sans aucun doute le système Car2X dans lequel la voiture communique avec son environnement, les autres voitures et l’infrastructure routière. Les messages concernant les embouteillages, les accidents et les travaux routiers, entre autres, peuvent ainsi parvenir plus rapidement au conducteur. L’intention est que le système Car2X soit également étendu à d’autres voitures que la Golf.

 

Au volant

Lors notre première prise en main de la nouvelle Golf, nous avons surtout pris le volant du 2.0 TDI de 150 ch. Cette version dispose d’une suspension arrière multibras alors que les modèles moins puissants (moins de 150 ch) ont un essieu de torsion plus simple. Notre voiture d’essai était en plus pourvue du DCC, qui permet de régler la dynamique de conduite presque à l’infini entre “confort” et “sport” grâce à la fonction “individuelle”. Le réglage des amortisseurs change séparément en fonction des conditions de conduite. Le système est complété par le XDS. Cela provoque un léger freinage de la roue avant à l’intérieur du virage, forçant la voiture à se diriger vers l’intérieur du virage. En même temps, ce freinage fait que plus de puissance moteur est envoyée à la roue avant à l’extérieur du virage. L’effet est impressionnant. Les tendances au sous-virage, où la voiture cherche l’extérieur du virage, sont réduites au minimum. Il en va de même pour le basculement de la carrosserie. Ces excellentes qualités dynamiques sont complétées par un moteur diesel qui déploie des montagnes de puissance de traction. Le DSG assure également un passage automatique en douceur.

 

Offre grandissante

Pour sa nouvelle Golf, Volkswagen prévoit un grand nombre de propoulsions mais seules 4 versions sont disponibles dès son lancement. Il y a le 1.5 TSI de 130 ch (108 g/km), le 1.5 eTSI de 150 ch (106 g/km) et les deux 2.0 TDI de soit 115 ch (91 g/km) ou 150 ch (97 g/km). Avec notre version d’essai TDI, nous avons noté une consommation moyenne de 5,4 litres/100 km sur un parcours difficile. Avec la 1.5 eTSI, on était à 6,6 l/100 km.