banner
SEAT Ibiza CNG 017H

Essai SEAT Ibiza TGI : l’écologie dans le sang

227

Pour sa nouvelle génération, l’Ibiza rejoint les Leon et Mii et s’offre une motorisation au CNG. Allié au moteur essence, le réservoir de gaz permet d’augmenter l’autonomie de la petite citadine à près de 1200 km. Nous avons pu la tester durant une semaine.

Extérieurement, rien ne distingue l’Ibiza CNG d’une Ibiza traditionnelle, excepté le sigle TGI sur le hayon arrière. C’est la version 1.0 TSI de 95 ch qui a été transformée pour l’occasion en 1.0 TGI développant 90 ch. Aux 700 km que permettent de parcourir les 40 litres du réservoir essence s’ajoutent 400 km d’autonomie grâce au réservoir de 13 kg de gaz qui prend place dans le coffre, sans toutefois trop réduire la taille de celui-ci qui passe de 355 à 262 litres.

A la conduite, la version CNG se montre efficace dans l’ensemble. L’Ibiza CNG est un vrai plaisir à conduire, principalement en ville, où sa souplesse est remarquable. Niveau motorisation, le véhicule circule en mode full CNG avant que le moteur essence ne reprenne le contrôle, une fois le réservoir CNG vidé. Et dès que l’autonomie CNG commence à manquer, la navigation propose instantanément de vous conduire vers la station la plus proche. On vous conseille évidemment pour cela d’opter pour le système de navigation en option. C’est vraiment très pratique et appréciable à l’usage.

Affichant un supplément de 1400 euros par rapport à l’Ibiza essence, la version CNG reste plus intéressante qu’une version diesel. Surtout si on tient compte du prix du CNG qui se situe aux alentours de 1 euro/kg. Elle saura sans aucun doute convaincre les automobilistes qui veulent poser un geste pour la nature ou qui ont l’écologie dans le sang. D’autant plus s’ils ont une station CNG à proximité. Notons encore qu’en Flandre, elle bénéficie d’une exonération totale en matière de taxe de mise en circulation et de roulage, tandis qu’en Wallonie, ces taxes sont plafonnées au minimum légal pour les motorisations CNG.